Constat de l'étonnante diversité des mitigeurs de douche rencontrés au long de la route, non pas au niveau de leur forme (quoi que), mais bien, relativement aux opérations nécessaires à leur utilisation et au réglage de la température de l'eau : pour celui-là, tourner puis pousser, pour cet autre, pousser en tournant, et là, il fallait faire un mouvement rotatif semi-sphérique, quand il ne fallait pas faire tout cela en même temps.

L'étrangeté que des choses aussi banales introduisent dans le voyage, et comment elles participent, par l'étrangeté justement, au voyage, ça, on ne peut pas le décrire ou du moins, les photos n'en disent rien, qui ne font que témoigner "à plat".

Noter finalement le fait que l'étrangeté (introduite par les mitigeurs comme exemple, et par tout le reste vu au long des milliers de miles parcourus) a perdu de son tranchant, est comme émoussée maintenant, ceci sans doute signifiant soit que le voyage doit arriver à son terme, soit qu'on est en train de passer du voyage à autre chose, peut-être, une sorte d'intégration du déplacement induit — l'ailleurs où l'on était devient le normal et cela n'a pris que quelques jours.