On croisait donc à tous les coins de rues ces enseignes Psychic reader promettant monts et merveilles et bien plus et ce n'est pas ce qui interrogeait mais plutôt, sur le ton de la plaisanterie, l'idée que peut-être, en vrai, officiaient là quelques personnes disposant d'outils et de techniques permettant littéralement de lire dans les esprits — on imaginait une sorte de scanner cérébral à même de décrypter nos pensées les plus secrètes, celles qu'il valait mieux garder enfouies au fond de soi. On en riait. On passait à autre chose, on regardait autre chose, on était autre chose. Quelque part pendant ce temps, un certain Edward Snowden était en fuite. Il n'y avait là aucun rapport.